PROTECTIONS HYGIÉNIQUES : COMMENT ALLIER CONFORT ET SANTÉ ?

Une femme va très souvent dans sa vie, faire face à ses cycles menstruels et par conséquent utiliser des protections hygiéniques en ces périodes. Aujourd’hui nombreuses et particulièrement variées sur le marché, il en devient difficile de savoir vraiment ce qu’il nous faut et surtout connaître les dangers de certaines protections. Pour vous éclaircir sur ce point, voici les essentiels à connaître et les mises en garde pour votre santé.

A QUAND REMONTE LA PROTECTION HYGIÉNIQUE ?

Si au fil des siècles nous constatons bien une évolution sur notre hygiène de vie, surtout en tant que femme, il est certain qu’elles ont chacune eu leurs menstruations et qu’elles devaient trouver des solutions pour ces moments-là. Vous peinez à imaginer comment elles faisaient ?

Nous aussi. De l’Antiquité au début du 20e siècle, les protections hygiéniques ont bel et bien existé et à chaque période de façon particulièrement inventive, voire même dangereuse. En 1550 avant Jésus Christ en Egypte, les femmes fabriquaient leurs propres tampons à l’aide de papyrus ramolli. Plus tard du côté des Grecs, il s’agissait de compresses enroulées autour de petits morceaux de bois, puis au Moyen-Age alors que les sous-vêtements n’existaient pas, elles se servaient de plusieurs couches de leurs jupons. Sans compter que cette époque délicate ne portait pas dans son cœur les cycles menstruels de la femme et que les gens avaient plutôt tendance à associer cet évènement tout à fait naturel à de la sorcellerie. Ce n’est que bien plus tard vers la fin du 19e siècle que l’on prend conscience de l’hygiène et du confort qui doivent être associés aux menstruations et que l’on se met alors vraiment à imaginer et à créer des protections adaptées. 

C’est donc en 1888 que l’on peut découvrir la toute première serviette composée d’étoffe de lin que la femme accrochait grâce à des épingles à nourrice à une ceinture sanitaire. Enfin, dans les années 70 et 80, les premières serviettes jetables se commercialisent et d’année en année, évoluent vers un large choix de produits.

DE MULTIPLES ALTERNATIVES

En moyenne, une femme a dans sa vie environ 450 menstruations, ce qui l’amène à énormément utiliser de protections qui parfois peuvent se montrer néfastes. Si aujourd’hui le choix des protections est particulièrement large, de nouveaux produits arrivent sur le marché et sont plus adaptés à notre santé. Bien entendu, chaque femme étant différente, ses flux également, elle ira choisir la protection qui lui convient le mieux.    

  • La serviette jetable : particulièrement utilisée, la serviette jetable se constitue de 4 principaux éléments : un voile de surface, un matelas absorbant, une couche extérieure et une bandelette adhésive. Elle existe en différentes tailles et différentes épaisseurs, pour le jour ou pour la nuit selon les besoins de chaque femme. Ses composants sont majoritairement des matières synthétiques et des fibres de cellulose. Son format pratique fait d’elle la protection la plus achetée sur le marché.  

  • La serviette lavable et réutilisable : est une copie de la serviette jetable mais est souvent faite de coton ou de matériaux plus naturels. Elle peut être lavée et réutilisée et s’accroche grâce à des petits boutons de pression au niveau des sous-vêtements. Une alternative plus saine et surtout plus écologique et économique 

  • Le tampon jetable : sujet à controverse depuis que l’on sait les risques que cela apporte, le tampon reste une protection très utilisée chez les femmes. Il existe également sous différentes tailles selon les flux, avec ou sans applicateur et ses composants sont variables. Aujourd’hui il existe par exemple des tampons biologiques faits de coton afin de protéger au mieux la flore et limiter toute intrusion corporelle de produits chimiques.  

  • La coupe menstruelle : petite nouveauté du 21e siècle, la coupe menstruelle est pour certaines une très bonne alternative puisque économique et écologique. Cependant elle n’est pas simple d’utilisation pour tout le monde et ne fait pas encore l’unanimité. En revanche, elle peut être en silicone, en caoutchouc ou en latex. 

  • La culotte menstruelle : création récente et révélation ultime, la culotte menstruelle permet non seulement de faire des économies sur tout une vie, mais en plus de ne prendre aucun risque pour sa santé. De plus en plus commercialisée, elle existe à présent sous différents modèles, des plus confortables aux plus esthétiques en matière de lingerie, avec différentes possibilités pour s’adapter aux flux. Tout comme la serviette réutilisable, la culotte peut être lavée et réutilisée et empêche efficacement toutes les fuites. De plus, des maillots de bain conçus de la même façon, proposent aujourd’hui un vêtement adapté aux baignades sans devoir utiliser de protection supplémentaire.

NOTRE SÉLECTION

QUELS SONT LES RISQUES POUR NOTRE SANTÉ ?

Entre les composants qui pour la plupart présentent du plastique, des gels absorbants (pour les serviettes jetables) souvent à base de pétrole, du parfum de synthèse ou des fibres synthétiques traitées chimiquement, porter une protection hygiénique peut avoir de lourdes conséquences. Plus particulièrement du côté des tampons, où de plus en plus, on met en garde contre le syndrome du Choc Toxique. Bien qu’il soit obligatoire aujourd’hui d’indiquer sur les notices de ces protections, les règles à respecter concernant le temps du port ou les gestes d’hygiène, beaucoup de personnes aujourd’hui ignorent ce qu’est le Choc Toxique. Il s’agit d’une pathologie généralisée de l’organisme qui est provoquée par la présence dans le corps de la toxine TSST-1, et produite par le staphylocoque doré (s.aureus). Bien que d’un individu à un autre la réaction peut se montrer différente, cette pathologie se manifeste dès lors que la personne est naturellement porteuse d’une souche s.aureus. Dans une réaction en chaîne, cette souche va alors produire la toxine TSST-1 en quantité suffisante pour que celle-ci passe à travers la muqueuse vaginale et contamine le sang. C’est ce que l’on appelle le Syndrome du Choc Toxique.  

Les symptômes ne sont pas toujours présents tout de suite et peuvent arriver très rapidement, c’est pourquoi il est important d’en être informé et de surveiller la moindre réaction inhabituelle en période de cycle lorsque vous portez une protection. Pour rappel, en cas de forte fièvre, de vomissements, de diarrhées, de maux de tête, de maux de gorge, d’évanouissements, de douleurs musculaires ou même d’éruptions cutanées, retirez immédiatement votre protection et contactez un médecin au plus vite.  

De manière générale, il est important de bien regarder les notices lorsque vous utilisez des protections hygiéniques qui ne sont pas naturelles, de vous assurer qu’elles vous conviennent, que vous n’y êtes pas allergique et qu’elles ne vous laissent pas dans l’inconfort. Prenez le temps d’en essayer plusieurs et vous pourrez mieux que quiconque savoir ce qu’il vous faut. Enfin, en période de cycle prenez soin de votre intimité qui est plus fragile grâce à des produits adaptés à la flore et non chimiques.

NOTRE SÉLECTION

Chargement en cours...